30 jours en France – Jours 16 à 30

par | Juin 13, 2017 | 30 jours en France, Destinations, France | 8 commentaires

Cet article est la suite de l’article http://50countries5years.com/30-jours-en-france/

 

Visite de Chausey et de la route submersible | jour 16

Cette région, la Normandie, est connue pour être pluvieuse et ce à n’importe quel moment de l’année. Les jours chauds et ensoleillés ne sont pas très fréquents, donc comme la météo annonçait une belle semaine, nous en avons profité pour aller passer une journée aux îles Chausey, le plus grand archipel d’Europe qui compte jusqu’à 365 îlots à marée basse. La vedette part du port de Granville et met environ 30 minutes pour arriver à Chausey (27€ aller-retour).

Aujourd’hui est un jour férié en France, le jeudi de l’ascension, il y avait donc beaucoup du monde sur là-bas. En général, les gens font juste un aller-retour dans la journée pour pêcher, pique-niquer et se relaxer. Mais si vous voulez y passer la nuit, en dehors du seul hôtel de l’île, il y a beaucoup de gîtes à louer. Bien qu’il ait fait très chaud, la mer était vraiment froide et nous n’avons pas eu le courage de piquer une tête. Nous avons passé la journée à nous détendre et à admirer la nature.

Il y a une chose qui m’impressionne toujours ici, c’est les jours très longs ! Le soleil se couche vers 21h30-22h et vous vous rendez-compte qu’il est déjà tard. Le bon côté, c’est qu’il y a beaucoup de temps pour profiter et aujourd’hui après avoir passé la journée sur l’île, à notre retour nous sommes passés par la « route submersible ». Dans la ville voisine, à Bricqueville-sur-mer, il y a une zone qui devient inondée par la mer environ une fois par mois lors des périodes de grandes marées. Sur cette même route il y a quelques jours nous pouvions observer les moutons, aujourd’hui elle est recouverte par la mer. Pendant les grandes marées, 2 fois par jour, l’endroit devient submergé et 1h plus tard la mer se retire. Un phénomène apprécié par beaucoup de locaux, certains y viennent même faire du kayak !
Il faisait encore jour quand nous sommes allés manger une pizza à côté de la plage. Nous avons eu le temps d’apprécier un magnifique coucher de soleil. C’est encore mieux en mangeant une pomme d’amour !

 

Baguette 24h/24 et « Jazz sous les pommiers » | jour 17

À Muneville sur mer il n’y a pas de boulangerie, mais en tant que commune française elle ne peut pas manquer de pain. Et bien elle n’en manque pas! Il y a des baguettes fraiches toute la journée qui sont vendues dans des distributeurs automatiques au prix de 1,10€. Aujourd’hui je suis allée en tester une et le pain est vraiment frais! J’avais déjà vu ce type de distributeurs automatiques notamment au Japon où ils sont populaires et vendent divers produits. Mais du pain, c’est la première fois !

Jazz sous les pommiers est un festival de musique qui se déroule dans la ville de Coutances chaque année et qui dure une semaine. La programmation est variée et il y a pas mal de spectacles gratuits. En premier nous avons assisté à « Allez les filles », un groupe de 4 filles qui font de la musique sans instruments et qui interprètent et chantent « une chanson pour chaque occasion » comme elles aiment à le répéter dans cette pièce de théâtre de rue. Leurs expressions corporelles et leurs manières de parler en font un spectacle bien marrant. Juste après nous sommes allés voir « Germinal » une pièce de théâtre interactive interprétée par 2 artistes suisses qui conviaient des enfants sur scène. Pour finir un spectacle d’une jeune trapéziste française. Le spectacle dure environ 30 minutes pendant lesquelles elle est suspendue à une barre et se tient juste à la force des bras et des jambes. Sans aucune protection !
Ici même dans les petites villes il y a toujours de l’animation spécialement en cette période où les beaux jours arrivent.

Traversée jusqu’au Mont-Saint-Michel | jour 18

Le Mont-Saint-Michel, comme la Tour Eiffel, est sans doute l’un des lieux les plus connus de France. Ce n’était pas dans ma « bucket list » (liste de lieux à voir ou de choses à faire avant de mourir). Et pourtant, sans en attendre beaucoup, cet endroit m’a vraiment plu.
C’est un mont rocheux qui se transforme en île à marée haute, où fut construit une abbaye en hommage à l’archange Saint-Michel. Dans le passé, ce mont a servi de prison, aujourd’hui il fait partie du patrimoine mondial de l’Unesco.

Il y a plusieurs façons de s’y rendre. En voiture, en bus, en cheval ou à pied comme nous avons choisi. Nous avions réservé une traversée traditionnelle de la baie avec un guide (13€ la traversée aller avec retour en bus) puisque ceux-ci connaissent bien les horaires de marée et les lieux où se trouvent les sables mouvants. Nous sommes partis à 13h, à marée basse et avons mis presque 3h pour faire les 6km qui séparent la plage « bec d’andaine » (Genêts) du Mont-Saint-Michel. Comme nous étions en groupe et avec des enfants, nous avons marché tranquillement. Durant le trajet nous avons marché sur du sable, de la vase ou les pieds s’enfoncent et où ça glisse, et des rivières où l’eau arrive jusqu’aux genoux.

L’entrée au Mont est gratuite mais pour entrer dans l’abbaye il faut payer 10€. Il y a une rue principale étroite où se trouvent les restaurants et boutiques de souvenirs. Pour ceux qui veluent dormir, il y a des hôtels aussi.
Vers 20h la mer a commencé à monter jusqu’à 21h30 et a encerclé le Mont. Depuis là-haut, nous avons pu apercevoir quelques voiliers…et dire qu’il y a quelques heures nous avons traversé à pied. La nature ici est vraiment belle !

Dimanche : marché, repos et planning | jour 19

 

Nous nous sommes réveillés tard. Temps nuageux annonciateur de pluie. Mais nous sommes allés au marché, car c’est dimanche. Pas de « pastel » (snack brésilien), nous avons acheté un poulet rôti avec des patates pour le déjeuner. A notre retour, les parents de Julien et leurs amis rentraient tout juste de leur long week-end en Vendée. Nous avons mangé ensemble. Bon repas, vin et sieste !

Quasiment 3 semaines passées en France. Il est déjà temps de penser à notre prochaine destination. Enfin nous y pensons chaque jour, mais maintenant il faut se décider. Après être resté un temps au Japon chez mon père et ici chez ses parents, c’est sûr que ça sera différent. Nous n’aurons plus le même confort d’être à côté de nos proches, mais bien sûr nous aurons leur soutien.

Pour notre prochain trip, nous voulons faire du volontariat. Nous avons un compte sur Workaway, mais nous n’avons jamais franchi le pas. Pour ceux qui ne connaissent pas, Workaway est un des sites internet qui mettent en relation des voyageurs disposés à travailler volontairement avec des personnes qui recherchent de l’aide. En échange, ils offrent l’hébergement, parfois même les repas. C’est surtout une grande opportunité de découvrir d’autres cultures. Les travaux sont très variés, par exemple travailler dans des hôtels, des restaurants, des ONG, des fermes, s’occuper des enfants ou des animaux, enseigner une langue…Nous avons trouvé des offres intéressantes dans les pays où nous voulons aller, nous y avons postulé et maintenant nous attendons les réponses. Impatients de savoir où nous irons !

Moins, c’est plus | jour 20

 

Nouveau jour pluvieux. A cause de l’orage d’hier, de le sous-sol des grands parents de Julien a été inondé, mais rien de bien grave. Nous sommes allés là-bas pour récupérer des anciennes affaires que Julien avait laissées avant de partir voyager. Il en a jeté la moitié, et oui au fil des jours on se rend compte qu’on accumule beaucoup de choses, pas toutes utiles.

Depuis mon départ de Londrina en mars dernier, je suis passée par des lieux très chauds comme Salvador et Rio, et des endroits froids comme Séoul où c’était la fin de l’hiver. J’ai toujours porté mon sac à dos de 8kg maximum avec peu de vêtements. Dans mon sac, j’ai aussi un savon, 2 écharpes et 3 paires de Havaianas (je sais que c’est beaucoup, mais j’ai des tongs, des sandales et une autre paire que m’ont offerte mes amis à l’aéroport de Sao Paulo juste avant de partir). Je transporte aussi des médicaments contre le mal de tête, et un appareil contre le bruxisme. Même avec peu de choses, je vis bien. Mais c’est vrai que parfois certains vêtements que j’ai laissés dans ma chambre me manquent, j’ai envie de les porter dans certaines situations. Mais je pense à tous ces gens qui vivent avec rien. Toute est question d’habitude, de choix et de détachement.

A défaut de transporter des choses, j’emmène avec moi d’innombrables souvenirs, des paysages magnifiques et des moments inoubliables. Heureusement que notre mémoire est immense et ne pèse pas !

Temps libre | jour 21

 

Tous les jours, les parents de Julien rentrent pour manger le midi et la majorité du temps, ce sont eux qui cuisinent. Mais comme moi et Julien n’avons pas grand-chose à faire en ce moment et aimons cuisiner, nous les aidons. Julien a fait un gratin dauphinois qu’il avait déjà fait à Londrina. C’est une recette française de pommes de terre gratinées qui contient du beurre, du fromage et du lait.

Cela fait un moment que je voulais m’acheter une nouvelle paire de chaussures de randonnée. J’avais essayé d’en trouver au Brésil avant mon voyage au Machu Picchu mais c’était assez cher et pas forcément utile pour juste une semaine de vacances. Mes chaussures actuelles sont usées et il y en a même une trouée. Donc, après le repas nous sommes partis pour essayer d’en trouver.
A Avranches, à 35 km de là, il y a un magasin Décathlon qui vend des articles de sports d’ailleurs il y a aussi des Décathlon au Brésil. Ici ils sont populaires et les prix sont vraiment intéressants. J’ai donc acheté une paire de Merrell à 49€ en promo. Je ne connaissais pas cette marque mais Julien me l’a recommandé. On verra bien !

Volontariat au Portugal | jour 22

 

Sans réponses à nos sollicitations pour être volontaire via le site Workaway, nous avons reçu une réponse sur le site Helpx, un site similaire où il est possible de travailler en échange de l’hébergement. Le couple qui nous a accepté vit dans l’Algarve, au sud du Portugal, à côté de la ville de Faro. Nous sommes en train de régler les derniers détails, si tout se passe bien, nous serons là-bas dans 2 semaines.
Nous avons choisi le Portugal car ça fait longtemps que j’ai envie de découvrir ce pays. Julien connaît seulement Lisbonne et il a adoré. J’ai 2 amies portugaises, Sara e Inês, qui font des très bonnes recettes portugaises, surtout le « bacalhau com natas » qu’on pourrait traduire par « brandade de morue ». Mes attentes en termes de cuisine portugaises sont donc grandes. En plus tout le monde que je connais qui a déjà été là-bas ne m’en ont dit que du bien.
Apparemment le travail sera du jardinage et prendre soin des animaux. Selon les avis des volontaires précédents, il paraît qu’ils ont des chiens, des chevaux et des chats. Nous sommes excités à l’idée de tester cette nouvelle expérience !

Malgré le beau temps, nous avons décidé de faire une soupe servie dans un pain pour le dîner. Une soupe de viande et légumes qui s’est avérée bien bonne ! Le problème c’est que quand nous l’avons servie dans le pain, le bouillon a été absorbé et ça ne ressemblait plus à une soupe. Je pense que pour servir dans un pain il faut donc une soupe plus épaisse. Ou bien nous aurions dû creuser un peu plus le pain. On verra la prochaine fois !

Nous avons vu des dauphins | jour 23

 

Nous sommes allés tester le bateau du père de Julien aujourd’hui. Pour faire un tour et pêcher, enfin essayer…
Tout était réuni : beau temps, mer calme, et disponibilité de nous 3. Nous avions préparé des sandwichs, des œufs durs et des bières et avions la ferme intention de revenir avec des maquereaux pour le dîner. Le maquereau au Brésil s’appelle « cavala », ça ressemble à la sardine, en plus gros. J’en ai gouté en conserve, j’ai beaucoup aimé. Ce n’est pas cher et vendu en différents assaisonnements tels que moutarde, escabèche ou vin blanc aux agrumes que j’ai le plus aimé.
Nous avons vu des dauphins. Ils étaient là autour d’autres bateaux, non loin du nôtre. C’était génial !
Julien me racontait l’autre fois que par ici on a coutume de dire que quand il y a des dauphins, il n’y a pas de maquereaux puisqu’ils les mangent. C’est sans doute pour ça que nous n’avons pas réussi à pêcher ! Enfin si, son père nous a sauvé la mise en pêchant un maquereau et un lançon. Mais pour les maquereaux grillés au barbecue, ce ne sera pas pour ce soir !

Nous avons acheté nos billets d’avion pour le Portugal. Nous avons trouvé un vol pas trop cher (70€) Paris-Faro. C’est la première fois que j’achète un billet d’une compagnie low-cost en Europe. J’ai trouvé bizarre que dans le prix de base, le siège n’est pas inclus. Comme si il était possible de rester debout !

Trou normand | jour 24

 

La soeur de Julien est venue avec sa famille pour passer le week-end. Ils sont arrivés le vendredi soir pour dîner. Sa mère, Isabelle, avait préparé un menu spécial. Pour l’entrée elle a fait un soufflé au crabe très bon, recette de Nany !

Après ça j’étais déjà repue, puisque nous avions pris un long apéro avec du vin et plein de choses à grignoter. Mais juste avant de servir le plat principal, ils m’ont fait découvrir le « trou normand », une coutume de la région, qui est composé d’une dose de calvados (boisson alcolisée à base de pomme) avec un peu de glace à la pomme. Généralement servi entre 2 plats principaux afin de préparer l’estomac pour les prochaines étapes ! C’est une boisson que l’on sert pour les grandes occasions. La boisson est bien forte mais servie avec de la glace, ça ne se sent pas trop. Ensuite nous avons mangé un rosbif et des frites puis en dessert un gâteau à la carotte avec du chocolat que j’avais préparé. Il était déjà plus de minuit quand nous avons terminé le repas !!!

Petit martin | jour 25

Le neveu de Julien, Martin, est resté avec nous pendant que ses parents sont allés passer un week-end à Chausey. Il a 2 ans et demi mais se comporte déjà comme un grand. Ça me rappelle quand il y a plusieurs années j’avais lu un article sur comment les enfants français sont éduqués et ne font pas de manières. Au brésil, je n’ai pas eu beaucoup de contact avec les enfants, mais ceux que je voyais dans les centres commerciaux demandaient tout le temps quelque chose, buvaient des sodas ou mangeaient des sucreries depuis très jeune.

Martin est le premier enfant français que je connais. Et je suis impressionnée de voir comment il comprend beaucoup de choses malgré le fait qu’il soit enfant. Il y a un temps pour tout. A l’heure de dormir, fatigué ou pas, il va se coucher tranquillement sans jamais pleurer. D’ailleurs, je ne l’ai jamais vu pleurer. A l’heure des repas, il mange de tout sans grogner.

En parlant avec la maman de Julien, elle me disait que Martin a été habitué depuis ses 3 mois à voir du monde et donc il n’a pas peur de rester éloigné de ses parents pour quelques jours. Elle me disait aussi qu’elle connaît des parents qui ne se préoccupent pas autant de la nourriture qu’ils donnent à leurs enfants. Tout dépend du comportement des parents et de comment ils gèrent la situation. En ce qui me concerne, ça me paraît difficile de dire non à un enfant, même si c’est bien la seule manière de mettre des limites.
Nous avons passé la journée avec lui, sommes allés à la plage et avons mangé les très attendus maquereaux grillés pour le dîner !

Rencontre de la voisine et foie gras | jour 26

La maison des parents de Julien est située dans un petit lieu-dit très calme entouré de champs de blé, et de pâturages. Il y a quelques grandes maisons dans le coin sans vraiment de portail et il est difficile de savoir les limites de chaque propriété.
En me baladant aux alentours, je me suis arrêtée face à une maison voisine pour regarder le poulailler. Soudain, la propriétaire des lieux fit son apparition avec son chien, un bulldog s’est mis à sauter partout lorsque je me suis approchée pour le caresser. Cette dame vit seule et m’a raconté plein de choses de sa vie en quelques minutes. Elle m’a dit qu’il n’y a pas si longtemps que ça, elle a pris l’avion pour la première fois et elle a adoré. Elle m’a raconté aussi que ses enfants n’habitent pas très loin et qu’ils se voient souvent. Elle m’a demandé de revenir la voir. C’est toujours un plaisir de voir que même des gens que l’on ne connait pas peuvent être hospitaliers.

Ma famille m’interroge parfois sur les différences culturelles, la cuisine, les habitudes. Même si c’est vrai qu’il y a quelques différences, il y a dans le même temps beaucoup de similarités. J’ai la chance de vivre immergée au quotidien dans une famille française, mais pour pouvoir apprécier il faut laisser de côté les préjugés et être ouvert à un nouveau mode de vie.

Quand j’ai aperçu la voiture des parents de Julien qui rentrait pour le déjeuner, je suis rentrée à la maison mais avec la volonté de retourner voir cette voisine pour parler plus. Au déjeuner, j’ai goûté du foie gras. Considéré comme un mets raffiné, il a la texture d’un pâté. Le goût est bon et m’a rappelé le pâté de canard que j’avais goûté lors de mon arrivée en France. Ce n’était que le début d’une journée où l’on a beaucoup mangé !

Test de notre nouveau matériel…ou pas | jour 27

Depuis que nous avons commencé à voyager, nous nous sommes rendu compte qu’il nous manquait du matériel pour prendre des meilleures photos ou vidéos. Nous utilisons principalement la fonction appareil photo de nos téléphones et quelques fois l’appareil photo compact de Julien. Nous avons réussi à faire quelques belles photos mais la qualité n’est pas au rendez-vous lorsque l’on prend des photos de loin par exemple. Nous avons donc acheté la semaine dernière un kit incluant un trépied, un selfie stick et une « lentille grand angle » pour environ 17€ (http://amzn.to/2sQ8tJ7). Malgré le temps nuageux et venteux nous sommes allés à Granville pour tester ça. Là-bas il y a un endroit où il y a une piscine dans la mer, elle se remplit à marée haute.

Nous nous sommes installés entre la mer et la piscine, sur les rochers. Nous installons le trépied, fixons le téléphone dessus et nous préparons pour la photo. Et là, une rafale de vent fait tomber le trépied et le téléphone tombe dans une mare d’eau ! Julien court pour le récupérer, le teste et à sa grande surprise remarque qu’il fonctionne. Mais après quelques minutes, le téléphone s’éteint et ne redémarre plus. Nous nous sentons idiots à ce moment-là ! Pas de photos et obligés de rentrer pour tenter de réparer le téléphone. Après l’avoir séché et nettoyé, le téléphone refonctionne, comme neuf ! Pourvu que ça dure !

Pas de Moules Frites | jour 28

Depuis notre arrivée en Normandie, Julien veut m’emmener dans un restaurant pour manger des « Moules-frites », un plat bien apprécié en France, surtout sur le littoral Généralement les moules sont cuisinées au vin blanc avec des herbes ou à la crème, et sont servies avec des frites (d’ailleurs, je voulais dire que les frites d’ici sont les meilleures que j’ai mangé. Non seulement elles ne sont pas surgelées, mais aussi le goût de la patate est différent de ce que je connaissais). Nous avons invité les parents de Julien au restaurant, mais après en avoir appelé plusieurs les moules ne sont pas encore servies car elles sont trop petites à cette époque. Nous sommes donc allés au restaurant quand même mais pas pour manger des moules… Nous avons choisi Parfum Poivre à Granville. Ils ont un menu varié avec uniquement des produits locaux et apparemment les viandes sont leur spécialité. Nous avons choisi risotto, raviolis, et côte de porc et magret de canard. Moi j’ai pris les raviolis à la crème et au fromage servis avec frites et salades. C’était bien bon ! J’ai goûté aussi le pommeau, un boisson alcoolisée de la région à base de pommes.

D’ici 5 jours nous serons à Paris pour y rencontrer mon frère et sa copine. Ils sont actuellement en voyage en Europe et seront le 12 et le 13 à Paris. Le 14 juin tôt le matin nous partons en direction du Portugal. Donc ce sont nos derniers jours en Normandie !

Au revoir / Até logo | jour 29

 

C’est le moment des adieux.
Aujourd’hui nous sommes retournés sur les dunes du « bout du monde », à la plage de Saint-Martin et avons fini chez un couple d’amis de la famille de Julien.
A Saint-Martin j’ai goûté un beignet, ça ressemble à ceux que je connais au Brésil mais la pâte est un peu différente et il y en a au chocolat ou à la confiture. Le beignet était prêt et le vendeur a rajouté la confiture dedans au dernier moment, ce qui est meilleur.
Nous étions invités pour l’apéro chez un couple d’amis. Ils ont 2 filles, je les avais déjà rencontrées une fois. Bien qu’elles soient petites elles aiment parler, ont beaucoup d’énergie et sont très gentilles ! Là-bas j’ai découvert un « hand-spinner », un jouet qui se vend partout en ce moment mais que je n’avais pas encore testé. Ce jeu fait fureur auprès des adolescents du monde entier apparemment. Certains disent que ça sert d’anti-stress.

30ème jour en France | jour 30

Aujourd’hui, cela fait exactement 1 mois que nous sommes en France où nous resterons 35 jours au total. Même si le temps est passé vite, j’ai la sensation que je suis là depuis très longtemps et que je connais beaucoup de personnes et d’endroits.
Comme hier, aujourd’hui nous avons dit au revoir. Nous étions invités pour manger par Papy et Nany dans leur maison de Saint-Martin. Nous y sommes allés à pied et avons marché 8km pendant environ 2 heures. Nany était en train de faire à manger quand nous sommes arrivés. Pour l’apéro, elle avait fait des petits feuilletés au crabe. Délicieux ! Et Papy nous racontait l’époque où ils allaient régulièrement au Niger.
Nous avons mangé un « petit salé » avec des frites. J’ai goûté le camembert, un fromage de Normandie. Très bon ! Ensuite nous avons fait une partie de pétanque avec eux.

Mes 2 grands-pères sont morts lorsque j’étais jeune. Ma grand-mère paternelle habitait dans une autre ville. Ma seule grand-mère vivante aujourd’hui vit au Japon. Malheureusement je n’ai pas eu l’occasion de beaucoup parler avec mes grands-parents mais je sais qu’ils auraient eu beaucoup de choses à me raconter. Je les ai toujours trouvé courageux et aventuriers d’avoir quitté le Japon avec leur famille et d’avoir traversé l’océan pour rejoindre le Brésil, sans connaître la langue et la culture totalement différentes, pour construire leurs vies. Je crois que c’est grâce à eux que j’aime tant voyager et découvrir l’inconnu ! Julien est chanceux d’avoir des grands-parents en bonne santé, actifs, qui voyagent et qui partagent leurs expériences de vie. Et je suis chanceuse aussi de les avoir rencontrés. Un jour spécial !

J’ai mangé et j’ai aimé | jour 31 – bonus

Après un mois où j’ai bien mangé et j’ai découvert des nouveaux plats, je peux faire une liste des 10 choses que j’ai le plus aimé.
Même si je ne liste pas tout ce que j’ai goûté, cela ne veut pas dire que je n’ai pas aimé. L’ordre n’a pas d’importance, ce n’est pas un classement.

1. Maquereaux en conserve (marinés dans du vin et des herbes) et grillés au barbecue;
2. Lapin au cidre de Nany (lapin avec des carottes mijoté dans du cidre)
3. Salade de riz, tomates, poivrons, thon et sauce spéciale de la mère de Julien – pas de photo;
4. Soufflé au crabe de la mère de Julien sur une recette de Nany;
5. Poire française achetée au marché ou supermarché – pas de photo;
6. Camembert de Normandie – pas de photo;
7. Pomme d’amour de Saint-Martin de Bréhal;
8. Soupe à l’oignon du Bistrot des Vosges à Paris;
9. Œuf à la coque;
10. Dîner complet au Comptoir de l’Atelier Gourmet à Granville

Valises, savon magique et bulot | jour 32 – bonus

Dans notre cas ce sont des sacs à dos !
Demain nous partons à Paris tôt le matin, donc nous préférons faire nos sacs aujourd’hui. Bien que nous n’ayons pas acheté grand-chose, nous avons du mal à fermer nos sacs. Il faut donc faire des choix et n’emporter que le strict nécessaire. Comme nous passerons les prochains mois dans des pays chauds, j’ai laissé des vêtements chauds à la maison. Je voulais aussi laisser mes vieilles tennis, mais me suis rappelé qu’au Portugal je vais sans doute en avoir besoin pour travailler. J’ai aussi des vêtements que je n’ai jamais utilisés mais je pense qu’ils me serviront un jour donc je continue à les emporter. Ce n’est pas facile de faire des choix !

Hier, nous avons reçu un savon spécial pour les voyages que Julien a commandé sur Internet. De la marque américaine « Dr Bronner’s », il est multi-usages. Il est 100% biodégradable, et permet de laver le corps, les cheveux, les vêtements, les dents. Nous allons tester tout ça !

En fin d’après-midi, nous sommes allés à la plage pour assister à un tournoi de sandball. Quand nous sommes arrivés, c’était déjà fini mais il y avait encore beaucoup de gens profitant du soleil et de l’apéro. Nous en avons pris un aussi et j’ai pu découvrir les bulots, sorte d’escargots de mer. Ça a bien la texture d’un escargot, mais avec le goût caractéristique des fruits de mer.

Blablacar et théâtre | jour 33 – bonus

Nous avons trouvé un coivoturage sur Blablacar, plateforme française qui existe dans plusieurs pays et qui met en relation des conducteurs et des passagers afin de partager les coûts d’un trajet. En général c’est intéressant pour les 2 parties.

La tante de Julien fait du théâtre depuis peu et faisait aujourd’hui sa première représentation. Nous sommes allés la voir ! La pièce de théâtre s’appelle « Good answer » et a été jouée en anglais. C’était bien drôle ! Bien qu’ils n’aient pas eu le temps de tourner la fin de la pièce, nous la verrons en vidéo sur internet prochainement. Impatients de connaitre la fin !

Retrouvailles et moules-frites | jour 34 – bonus

 

Mon frère voyage en ce moment en Europe avec sa copine, ils sont arrivés hier à Paris. C’est la première fois qu’ils visitent Paris et comme ils ne restent que 2 jours, il leur est difficile de choisir les lieux à visiter. Mais bien sûr, ils ne pouvaient pas manquer la Tour Eiffel ! Nous nous sommes retrouvés là-bas le matin et avons pu apprécier la Tour sous tous ces angles.

L’heure de déjeuner est arrivée vite et Julien a trouvé un restaurant où je pourrai enfin goûter les moules-frites puisque je n’ai pas pu en Normandie. Le restaurant s’appelle « Léon de Bruxelles », il en existe plusieurs d’ailleurs. Ils servent aussi des viandes et poissons mais leur spécialités sont bien les moules. Il y en a à toutes les sauces et elles sont servies avec des frites. Nous avons choisi sauces au curry, à la crème et marinière. Elles sont toutes bonnes mais j’ai préféré à la crème. Avec un bon de réduction, nous avons payés 12€ chacun.

Après le repas, nous avons marché vers le Louvre puis nous nous sommes rendus à Montmartre, où nous sommes passés voir le « mur des je t’aime ». Sur le mur est inscrit « je t’aime » en plus de 300 langues et dialectes. Beaucoup de couples étaient en train de se prendre en photo et raison de plus pour nous brésiliens, en ce jour de « dia de namorados ».

Nous avons ensuite laissé mon frère et Giovana pour aller à notre deuxième rencontre du jour. Julien a rappelé des amis qu’il avait rencontrés en Colombie. Ce couple, comme nous, adore voyager. Après avoir voyagé pendant plus d’un an et demi autour du monde, ils sont revenus à Paris et ont recommencé à travailler, mais en pensant toujours à leur prochain voyage. C’est sympa de rencontrer des gens avec qui il y a des affinités, de la compréhension et les yeux qui brillent lorsque l’on parle voyages. Et qui sait, un jour peut-être nous nous retrouverons à l’autre bout du monde.

Merci beaucoup, Merci pour tout | jour 35 – bonus

Je me suis senti différente au réveil ce matin. Un mélange de bonheur de partir demain connaître des nouveaux pays et en même temps de la tristesse de quitter ce pays. Désormais pour moi la France représente beaucoup plus que la Tour Eiffel, le pain et le vin. Et dire que tout commença par mon envie d’apprendre le français. Ici il y a des gens qui comptent beaucoup pour moi et qui m’ont fait découvrir une autre France. A vous tous, merci beaucoup !

Et « à bientôt » !

Share This